Noces de Corail : 11 ans de mariage, pour éloigner le mauvais oeil ?

Publié le 14 Juillet 2014

Le "cornicello" napolitain

Le "cornicello" napolitain

Le rouge est une couleur qui a toujours exercé la fascination sur les Hommes. Elle est celle du sang, et, partant, de la guerre mais aussi de l'amour. Ne rougit-on pas lorsqu'on est amoureux ? C'est aussi celle des enfers, des démons, de la puissance des volcans.

De tout temps, l'Homme a donc cherché à s'approprier le rouge et ses variantes, plus ou moins sombres. La recherche de LA teinture rouge, depuis le pourpre à la cochenille et la garance, est une histoire à elle toute seule. Mais elle n'est pas la seule.

Dans la Méditerrannée antique, les plongeurs des environs de Neapolis, colonie de la Grande Grèce, ont vite remarqué la présence de coraux d'un rouge soutenu. La proximité des volcans et des sources chaudes du Vésuve et des Champs Phlégréens n'était pas une coincidence : les précieuses branches de pierre étaient forcément liées à ces curiosités naturelles effrayantes et infernales. Il suffisait alors de se les approprier pour éloigner le mauvais oeil.

C'est de là que vient la tradition napolitaine du "cornicello", la "petite corne", ainsi nommée à cause de la forme prise par les petits fragments de "branches" de corail utilisés en joaillerie. Car Neapolis est devenue Naples, mais n'a pas renié ses origines. Quand on vit entre deux volcans, le rapport à la vie, à la mort, au mauvais sort n'est pas le même qu'ailleurs. Alors tout est plus intense ici. La conduite automobile ou a scooter, bien sûr, mais aussi les passions : le football, la politique, l'amour.

Alors voilà bien un cadeau à offrir à sa moitié pour célébrer ce digne anniversaire ! Pourquoi ne pas aller le chercher directement à Naples, et faire mentir ce diction : "Voir Naples et mourir..."

Rédigé par Nicolas PERROT

Publié dans #Anniversaires de mariage, #Le Saviez-vous ?, #Noces de Corail

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article