Noces d'Etain : 10 ans de mariage et étymologie de la Bretagne

Publié le 20 Novembre 2014

La statue de Pythéas sur le palais de la Bourse à Marseille (Photo Rvalette)

La statue de Pythéas sur le palais de la Bourse à Marseille (Photo Rvalette)

Je vous ai déjà parlé, l’autre fois, de l’expédition du phocéen Pythéas, qui apprit aux Marseillais à baragouiner. Nous resterons cette semaine sur cette aventure fantastique pour l’époque. Tellement fantastique que l’on se moqua du navigateur.

L’homme en question était poussé par le désir de savoir, certes, mais également par un certain esprit d’entreprise. Ces deux choses, oui, peuvent aller ensemble. Il cherchait la source de l’étain qui arrivait des mythiques îles « Cassitérides[1] ». Pourquoi l’étain ? Parce qu’il entrait dans la composition du bronze : allié au cuivre, il permettait d’obtenir ce matériau à la fois ductile et résistant, idéal pour les armes (même si supplanté, depuis, par le fer) et pour les objets de la vie quotidienne ou sacrée.

Et c’est là que nous devons laisser la parole à Pythéas, qui nous décrit l’île de Bretagne, la Grande-Bretagne actuelle, et nous explique l’étymologie de ce mot.

« La Britannie a une forme triangulaire, plus grande que la Sicile. L’île s’étend en oblique le long de la côte de l’Europe, et le point le plus proche du continent, le cap que les hommes appelle Kantion [Kent] est à environ cent stades du continent, à l’endroit où la mer a son débouché, tandis que le deuxième cap, connu comme Belerion [Land’s End], est à quatre jours de voyage du continent. Le dernier, les écrivains nous le disent loin dans l’Océan, et il s’appelle Orkas (Orcades). L’île s’appelle Albion, mais les gens l’appellent entre eux Britannie. Ce sont des Bretons, ou Prytons, mot qui signifie : étain. »

Ce serait donc ce métal stratégique qui aurait donné son nom à cette Bretagne Antique, devenue depuis « Grande », tandis que certains de ses habitants, chassés par les invasions, vinrent s’installer sur cette langue de terre s’avancent dans l’océan, autre Finistère, notre Bretagne actuelle.

Ce qui explique également pour les gens qui n’auraient pas tout compris dans l’histoire, pourquoi la Bretagne du Roi Arthur est bien une île. Autour de laquelle, comme le raconte une série télévisée bien connue, il serait bon de construire tout plein de tourelles, pour mieux protéger de l’extérieur ce « Royaume de Logres » aux Etats fédérés, trop souvent attaqués par des Huns (invariablement au nombre de deux, puisque un Hun plus un Hun cela fait 2), des Vandales, des Vikings, des Saxons ou des Burgondes au roi Pêteur.

 

Pour en savoir plus sur l'étain et ses multiples usages.


[1] Kassiteros, en grec, signifie « étain ». Aujourd’hui, le principal producteur de cassitérite, minerai d’étain dont la consommation est dopée par les nouvelles technologies, est la Malaisie. 

Les fameuses tourelles entourant l'île de Bretagne - Kaamelott (Alexandre Astier)

Rédigé par Nicolas PERROT

Publié dans #Noces d'Etain

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article