46 ans de mariage, noces de Lavande, une histoire de feu...

Publié le 21 Février 2015

Un champ de lavande bien loin de la Provence - Cotswolds, Angleterre - Photo Saffron Blaze

Un champ de lavande bien loin de la Provence - Cotswolds, Angleterre - Photo Saffron Blaze

Il est un peu temps de se préparer à l’été. Oui, je sais, on n’en voit pas le bout du nez, mais justement ! Nous allons donc évoquer dans ces lignes une fleur que l’on associe surtout à l’été et à la Provence, j’ai nommé la lavande.

Outre sa couleur et son miel, c’est surtout grâce à ses capacités odoriférantes que l’on connait, apprécie (ou pas !) cette fleur bleu-violet que l’on cultive de plus en plus.  Et bien sûr, elle a nos faveurs grâce à ses huiles essentielles aux multiples vertus… dont celle de s’enflammer !

Car, à l’exception de ses racines,  la plante en contient dans toutes ses parties et lorsqu’il fait chaud, très chaud, alors les huiles peuvent en effet s’enflammer spontanément, c'est-à-dire sans apport d’une flamme extérieure (sauf à considérer que le Soleil est une grande grande boule de feu…).  Problématique quand on sait combien la flore méditerranéenne est sensible au feu.

Vraiment ? C’est en tout cas ce que l’on semble nous dire chaque année, qui nous apporte son lot d’incendies qui ravagent des milliers d’hectares. C’est vrai, en partie, car la flore de ces régions est bien entendu tout à fait adaptée au feu. Regardez le chêne-liège : la fonction principale de son écorce (le liège, justement) est de protéger l’arbre qui la porte.  Ce qui pose problème, évidemment, c’est la répétition de ces incendies. Et cela est en général dû à l’Homme et à ses activités (ou sa négligence). Dans la nature, il est rare qu’un orage (la principale source d’incendie) enflamme la même zone à peu de temps d’intervalle. Résultat, en mode « naturel », la forêt a largement le temps de repousser avant le prochain incendie.

Et les plantes sont si bien adaptées qu’elles ne germent que si le feu est passé. Pour certaines espèces, cela va plus loin : seul le feu peut les débarrasser de leurs concurrents. L’un des exemples le plus connu est le séquoia géant (Sequoiadendron giganteum), qui n’est certes pas le plus haut arbre sur Terre[1] mais assurément le plus gros.  Tout le monde a en tête la photo de ce « tunnel » creusé dans le tronc même d’un spécimen, assez gros pour faire passer des calèches puis de  gros 4x4. Cette espèce est aujourd’hui menacée de disparition dans son habitat d’origine parce que la politique menée durant des décennies par le Service des Parcs Nationaux étasunien a été justement de combattre les incendies. Or, l’incendie détruit les plants de cyprès qui concurrencent fortement les séquoias géants qui eux, du fait de l’épaisseur de leur écorce, ne souffrent pas trop du feu. Alors qu’en plus leurs cônes ne s’ouvrent que sous l’effet de la chaleur !

Mais cette huile essentielle de lavande n’a pas seulement le pouvoir de s’enflammer, mais aussi celui d’éveiller nos sens (une essence qui enflamme nos sens aurait été un jeu de mots trop facile… Mais je le place quand même). Car l’odeur forte (presque entêtante) de la lavande a d’abord été remarquée par les Romains, qui l’utilisaient (déjà !) pour parfumer leur lessive. D’ailler, « laver » et « lavande » ont la même étymologie. Ensuite, c’est à partir de lavande qu’on fabriqua la première Eau de Cologne (à Cologne, oui).

Et pour tous ces usages, il faut bien entendu la cultiver, cette fameuse fleur, que ce soit en Provence ou, comme sur la photo, en Angleterre… Et pour faciliter la germination, certains lavandiculteurs (c’est bien le mot) n’hésitent pas à tromper la graine ! Oui, en la mouillant dans de l’« eau de fumée », pour leur faire croire que l’incendie est passé, a tout détruit et qu’elles sont destinées à recoloniser le terrain.

Après tout, dans tout ce qui est parfum, il est toujours un peu question de duperie, non ? Mais rien n’égalera certainement en la matière l’habitude qu’avaient les nobles du « Grand Siècle[2] » de se coudre des sachets de lavande sous les aisselles qu’ils avaient… odorantes, à une époque à laquelle l’eau chaude était supposée favoriser l’entrée des miasmes dans le corps.

Vous reprendrez bien un peu d’Eau de Cologne ?

D’ailleurs, en ces temps de grippe (décidément l'été est bien loin),  la lavande a même des propriétés antiseptiques. Vous voulez en savoir plus ?

 

[1] C’est l’autre espèce de Séquoia, Sequoia sempervirens, qui détient actuellement le record, avec 115 m en Californie, dans le Redwood National Park. Redwood car le bois (wood) des séquoias est précisément rouge (red). Les cinéphiles le connaissent pour les scènes du Retour du Jedi qui y ont été tournées.

[2] Appelé « Grand Siècle » en France en référence à Louis XIV. Ce ne fut pas forcément le même point de vue qui prévalut dans les campagnes de France ou chez nos voisins que nous avons alors souvent attaqués (même si les Provinces-Unies – futurs Pays-Bas – ont connu leur « Age d’Or » au début du XVIIème siècle.).

Rédigé par Nicolas PERROT

Publié dans #Noces de Lavande

Repost 0
Commenter cet article