2 ou 37 ans de mariage : Noces de papier, halte aux préjugés machistes !

Publié le 5 Mai 2015

Le rêve de tout administré - Photos Niklas Bildhauer.

Le rêve de tout administré - Photos Niklas Bildhauer.

Ah la paperasse, le bonheur de tout administré, surtout en France !

Et passé le jour le « plus heureux de votre vie » (qui survient de plus en plus souvent plusieurs fois dans une vie), on se pose la question, surtout lorsqu’on est une femme, du nom d’usage.

Jean-Marie le Pen a rappelé la chose cette semaine, en demandant à sa fille de se marier, pour ne plus porter son nom…  N’en déplaise à M. le Pen, il n’y a aucun texte de loi en France qui oblige madame à prendre le nom de son époux. Et là je pense également à une connaissance professionnelle qui se posait la question également, tant elle semblait embêtée à l’idée de quitter son nom de « jeune fille » qui avait un certain impact…

Donc, revenons sur cette idée reçue, qui fleure bon la domination masculine et le sexisme, et je le répète. Madame X, en se mariant avec Monsieur Y, n’est pas obligée de s’appeler Madame Y. Et d'ailleurs, qu'est ce que cette notion de "jeune fille" ?

Rappel à l’occasion : il est désormais déconseillé d’appeler une femme « mademoiselle ». On ne m’a personellement jamais appelé « mondamoiseau »…

En réalité, et ce point est rappelé dans la « Circulaire du 26 juin 1986 relative à la mise en œuvre de l’article 43 de la loi n°85-1372 du 23 décembre 1985 », chacun des époux peut prendre le nom de son conjoint, ou l’accoler à son nom propre.

En gros, dans notre exemple pris ci-dessus, avec Madame X et Monsieur Y qui se marient, on peut avoir ensuite :

  • Madame X et Monsieur Y
  • Madame et Monsieur X
  • Madame et Monsieur Y
  • Madame et Monsieur X-Y
  • Madame et Monsieur Y-X.

 

Tout cela pour dire que Monsieur et Madame sont tout à fait égaux devant la Loi sur l’usage du nom. Bien évidemment, je connais dans mon entourage beaucoup de femmes qui ont rêvé de prendre le nom de leur époux. Je me demande juste si leur « choix » était bien éclairé.

Après, cela se corse, vous allez vous battre (surtout vous, madame) avec la paperasse, justement. Car pour nombre d’organismes institutionnels, de manière AUTOMATIQUE, madame X deviendra madame Y. Et quand on rappelle à ces organismes qu’on les a avertis du mariage en leur stipulant bien qu’aucun nom ne changeait, on s’est entendu répondre « Ah ben c’est automatique ! ».

Donc, ce faisant, ces organismes institutionnels sont totalement Hors la loi !

J’espère que cet article pratico-pratique aura été intéressant. Rassurez-vous, le papier a beaucoup d’autres aspects beaucoup plus glamours que vous pouvez découvrir dans le livre !

Rédigé par Nicolas PERROT

Publié dans #Noces de Papier

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article