Noces de Granit(e), la Dent-Bleue pour bien communiquer.

Publié le 3 Mai 2015

La grande pierre runique de Jelling (Danemark) - Photo J. Howaldt.

La grande pierre runique de Jelling (Danemark) - Photo J. Howaldt.

 

Je suis un dinosaure selon mes jeunes collègues. Il faut dire que j’ai connu la liaison infrarouge entre calculettes pour se passer des programmes (et antisèches)… Depuis, on a fait du progrès ! Entre autres, le bluetooth.

Encore un mot anglais qui est venu envahir notre langue, me direz-vous. Alors autant « portier » ou « gardien » peut avantageusement remplacer[1] le « goal », on aura de la peine à parler de « dent bleue » pour connecter entre eux nos appareils de haute technologie. Oui, j’ai évité à dessein le « hi-tech ».

Dent-bleue… En y repensant c’est quand même assez curieux. Quel rapport entre la dent-bleue et la communication ? Et même avec le granit(e) ? Nous y venons. Tout d’abord, il faut savoir que cette appellation est due à Jim Kardach, un ingénieur d’Intel qui voulait mettre au point un système de communication entre appareils, système qui se passerait de câbles, de manière à faciliter notre mode de vie de plus en plus « nomade ».

L’histoire veut qu’on lui ait, durant cette période, rapporté l’histoire d’un roi du Danemark, Harald Ier (vers 910 – 986). À cette époque, et même jusque tard dans les temps modernes, il était courant d’associer au nom d’un souverain son surnom. En France, on eut des « Le Bref », « Le Hutin », « Le Gros », « Le Bel », « le Grand », « le Bien-Aimé[2] ». Et ce brave Harald de Danemark passera à la postérité sous le nom d’Harald Blåtand[3]. En français « dent-bleue », en anglais, on l’aura compris, « blue-tooth ».

Alors il y a maintenant trois questions qui se posent :

  1. Pourquoi diable « dent-bleue » ?
  2. Quel rapport avec la communication ?
  3. Quel rapport encore avec le granite ?

Je vais répondre à la troisième question en premier. Vous me suivez ?

 Avant cette histoire de bluetooth qui est somme toute assez récente, même si certains d’entre vous n’ont connu que cela (puisque la technologie date de 1994), Harald Ier était surtout connu pour avoir semé derrière lui au moins une pierre. Pas n’importe laquelle, puisqu’il s’agit d’une pierre runique, située à Jelling, dans la péninsule danoise du Jutland.  Sur cette pierre de granite de 2,43 mètres de haut, de 10 tonnes, gravée sur ses trois côtés, il y a un texte qui a toute son importance historique. En fils fidèle, Harald la fit édifier en 983 en l’honneur de son père Gorm et de sa mère Thyra, mais il fit aussi inscrire les mots suivants (en runes, donc, comme vous pouvez le voir sur l’image) : « Harald conquit le Danemark et la Norvège et fit les Danois chrétiens ».

C’est donc une « plaque commémorative » d’un certain poids : de là nait le Royaume de Danemark, qui est donc de quelques années antérieur à celui de France (987), et qui dit unification dit, fatalement, que l’on doit parler à peu près le même langage. Voilà donc pour le lien entre la « dent-bleue » et la communication.

Et donc, pourquoi « dent-bleue » ? Là, les explications sont nombreuses. Si on considère que « blå » signifie bien « bleu », alors on peut soit considérer que le Roi avait les dents gâtées (Miam…), ce qui n’était pas rare à l’époque, soit qu’il aimait particulièrement les myrtilles.  Une autre hypothèse se base sur le fait que « blå » pouvait signifier « sombre », et que le « tand » était plutôt le « teint ». Donc, notre bon roi avait le teint sombre.

On a dû mal à imaginer aujourd’hui nos amis nordiques arborer un teint maté, bronzé, basané. Et pourtant, il ne faut pas oublier que les Vikings étaient de grands voyageurs. Ils ont parcouru la mer Baltique, la mer du Nord, ont conquis la Normandie (en lui donnant leur nom…), mais sont allés aussi beaucoup plus loin : les royaumes normands d’Italie du Sud ont duré longtemps, les Varègues suédois ont commercé en Russie et son fait engager dans la garde du Basileus byzantin, tandis que des bannis norvégiens ont fondé des colonies en Islande, puis au Groenland[4], et une éphémère à Terre-Neuve.  Donc que certains soient revenus bronzés de leurs longues expéditions n’est finalement pas si étonnant. Et après tout, nous sommes dans l’exploration, le commerce, une certaine mondialisation avant l’heure, donc toutes choses en rapport avec la communication.

Tout cela a donc conduit ces ingénieurs à appeler « Bluetooth » ce système. Ils sont même allés jusqu’à se baser sur les initiales runiques du bon Roi (qui ne pensait certainement pas avoir un jour une telle renommée mondiales) pour créer le logo que nous connaissons tous, qui n’est donc autre qu’un monogramme : le "Hagall"  et le "Berkanan" entremêlés.

Voilà donc la réponse à toutes vos questions, et nous voilà au terme de cette petite histoire, qui se prête bien au thème du mariage, qui n’est rien d’autre qu’une histoire de communication entre deux personnes, sans forcément utiliser de liens physiques.

Oui, mais certains d’entre vous auront noté ce qui était sous-jacent : on parle bien de « conquête » du Danemark et de la Norvège. Or, qui dit « conquête » ne dit pas forcément « communication », sauf à considérer qu’écraser un crâne à coup de hache (cela se faisait) est une forme de communication. Mais on espère que le mariage, au bout de 68 ans (noces de granit) ou de 90 ans (noces de granite), a pu triompher de ces quelques écueils.

Zut, voilà une autre question qui pointe le bout de son nez : quelle différence entre « granit » et « granite » ? La réponse se trouve par là…

 

 


[1] Par contre, on aura du mal à remplacer Bulldozer par Bouteur, qui a une connotation certainement trop « jeannedarquesque ». Enfin, certains mots bien « anglais » sont pourtant d’origine anglaise, tel « Budget », qui, sous le mot « bougette », désignait la bourse pleine d’écus qui « bougeait » à la ceinture. Un passage par la langue anglaise (dont les locuteurs avaient établi leurs quartiers durant quelques siècles dans certaines de nos régions) changea la prononciation et le sens a (légèrement) glissé.  

[2] Dans un autre registre, on eut « Arthur le Juste » et « Goustan le Cruel ». #Kaamelott.

[3] Cette lettre «å », appelée « a rond en chef », se prononce généralement « o », et est commune aux alphabets danois, norvégien, suédois (finnois pour les mots d’origine suédoise, la Finlande ayant fait partie de la Suède), et même wallon.  

[4] « Terre verte », étymologiquement. Soit le Groenland était effectivement « vert » aux alentours de l’an mil (il y eut ensuite un Petit Âge Glaciaire à partir du XVème siècle), soit c’était un léger embellissement de la réalité pour encourager les colons à venir. Genre « Domaine des Dieux » d’Astérix, ou les appellations ronflantes de nos promoteurs actuels.

Noces de Granit(e), la Dent-Bleue pour bien communiquer.

Rédigé par Nicolas PERROT

Publié dans #Noces de Granit(e)

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article