Noces de Cuivre, 32 ans de mariage, le temps d'offrir un Gadget ?

Publié le 22 Juin 2015

Noces de Cuivre, 32 ans de mariage, le temps d'offrir un Gadget ?

19 juin 1885, les caisses contenant le "mécano" de la Statue de La Liberté arrivent à New York, cadeau de la France à la jeune nation étasunienne. Une prouesse du colmarien Auguste Bartholdi pour la "peau", et de Gustave Eiffel pour l'armature, qui permet de construire une structure "légère" en opposition à la technique, classique jusque là, celle de la cire perdue, qui demande beaucoup de bronze.

L'inauguration de ce monument donnera lieu à une intense campagne de promotion, qui verra les premiers premices de la publicité moderne : on trouvera ainsi des centaines de reproductions miniatures, créées par une entreprise elle-aussi française, du nom de Gaget - Gauthier. On verrait là l'origine du mot "gadget", par une déformation phonétique du mot "Gaget", qui était inscrit sur le socle des miniatures de la "Liberté".

L'histoire est jolie, mais c'est oublier qu'un étasunien dirait "gaguet", et non "gadget", et puis le mot aurait déjà existé en 1850, donc plus de 30 ans avant l'arrivée des premiers "gadget" français.

Ceci dit, il y a effectivement de ces mots français qui nous sont revenus en passant par l'anglais. N'oublions d'ailleurs pas que beaucoup des mots de la langue anglaise viennent en fait du vieux français, que les conquérants normands avaient apporté avec eux, et que la devise actuelle du royaume est "Dieu et mon Droit".

Parmi les mots en question : "budget" (qui viendrait de la "bougette", désignant la bourse pendant à la ceinture) ; bacon (du vieux français... bacon, prononçé "bâkon") ou encore "quichenotte"..

Ce dernier mot désigne une coiffure féminine paysanne de l'Ouest de la France. Une des étymologies proposée viendrait de l'anglais "kiss me not", et rappellerait que durant des siècles (et malheureusement cela continue) les femmes ont eu à repousser les avances de certains hommes et pas seulement durant les guerres. Il s'agissait en l'occurences des "Goddons" (ceux qui prononçaient facilement "Goddam"), les Anglais qui avaient envahi la "France" durant la guerre de Cent Ans.

Mais quand on en vient à la vraie séduction, les Anglais diront les premiers qu'il y a un "je ne sais quoi" dans votre regard.

Comme quoi après plusieurs siècles de guerre entre nos deux pays, on a réussi à tourner la page, avec nos voisins d'Outre-Channel...

Rédigé par Nicolas PERROT

Publié dans #Noces de Cuivre

Repost 0
Commenter cet article