Noces de Nickel : 28 ans de mariage, on se fait un Nickelodeon ?

Publié le 14 Juin 2015

Un Nickelodeon canadien. Pour y entrer, un nickel (alias aussi le "Castor"). Ph. William James.

Un Nickelodeon canadien. Pour y entrer, un nickel (alias aussi le "Castor"). Ph. William James.

Etes-vous parent ? Ou Grand-Parent ? Si oui, alors il y a de fortes chances que vous regardiez (ou subissiez) des dessins animés de la chaîne "Nickelodeon". Son porte-drapeau le plus connu est sans doute une éponge nommée Bob, sympathique personnage qui vit au fond de l'eau avec toute sa bande de joyeux copains.

Mais d'où vient justement ce nom si particulier ? Un Nickelodeon, aux USA et au Canada, c'était un théatre ou un cinéma pour lequel il fallait débourser 5 cents pour entrer. Or, la pièce de 5 c, dans ces deux pays, est appelée un Nickel. Quant au mot "Odéon", on y trouve bien entendu la racine grecque qui désigne à l'origine un théatre spécialement destiné à la musique. Un Nickelodeon était donc un lieu de culture populaire.

Mais pourquoi un "Nickel" ? Revenons un peu sur l'histoire de ce fameux 5 c étasunien, par nature le plus répandu (Eh oui, nous les Canadiens sommes bien moins nombreux). Au tout début de l'histoire de ce grand pays, le "half dime"1 était en argent allié de cuivre (90 - 10 environ). En 1866, après la guerre civile qui vit s'opposer le Nord et le Sud, la disette monétaire entraîna une baisse du titrage en argent de cette monnaie, à laquelle on incorpora un métal jusque-là peu utilisé, le Nickel. Celui-ci, qui avait la propriété de ne pas s'oxyder, remplaça donc avantageusement le métal précieux. C'est de là que le half-dime tira son surnom qui lui reste de nos jours.

Et pourtant, fait curieux, une autre fois pour faits de guerre, le titrage en argent changea à nouveau. Mais cette fois ce fut dans le sens inverse : on diminua le poids du cuivre pour le remplacer par de l'argent alors que la Seconde Guerre Mondiale éclata.

Le cuivre était alors devenu hautement stratégique. Il était utilisé en masse par l'industrie de l'armement et celle des appareilages électriques qui contribuaient à l'effort de guerre. Alors que l'argent, quant à lui, dormait dans les réserves fédérales, sans autre usage que la thésaurisation. On lui trouva pourtant un autre usage tout à fait remarquable là-encore en remplacement du cuivre, dans le cadre du projet Manhattan, mais c'est une autre histoire que je raconterai un jour.

Nous savons donc d'où nous vient le nom du Nickel, qui outre sa composition (aujourd'hui fixée à 75 % de Cuivre, 25 % de Nickel), a beaucoup changé d'apparence. On y trouva un bouclier, un bison, la tête d'un amérindien, ou encore la personnification de la Liberté. Aujourd'hui, on trouve le visage de Thomas Jefferson (redessiné en 2006), héros de l'indépendance du pays, qui mis d'ailleurs en circulation les premiers "Half-dimes" et, sur l'avers, la propriété de Monticello, ancienne résidence du troisième président des USA.

Quant au nickel canadien, il a aussi beaucoup changé. Sa composition a parfois été de nickel presque pur, alors qu'il n'est aujourd'hui que plaqué. Quant à son avers, il changeait bien évidemment en fonction du monarque alors régnant sur le Royaume-Uni, et donc sur le Canada. C'est bien évidemment SM la Reine Elizabeth II dont le portrait orne aujourd'hui le nickel canadien, dont l'envers, après avoir porté la feuille d'érable et le "V" de la victoire, est orné d'un castor sur sa hutte.

 

1 "moitié d'une dime, soit la moitié de 10 c, le dixième du dollar, on voit que les USA avaient déjà adopté la logique décimale pour leur système monétaire. Ils s'étaient donc bien séparés de leur ancien colonisateur...).

Rédigé par Nicolas PERROT

Publié dans #Noces de Nickel

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article