53 ans de mariage, noces de merisier, cap sur les étoiles !

Publié le 26 Juillet 2015

53 ans de mariage, noces de merisier, cap sur les étoiles !

L'autre jour, dans le cadre de mon travail, je dus partager l'habitacle d'une voiture avec un fournisseur pendant plus de 15 heures. C'aurait pu être une épreuve, mais non, c'était passionnant, car l'homme en question était passionné, entre autres par la conquête spatiale. Remarquez, c'est effectivement un sujet passionnant !

Cette semaine, le 21 juillet exactement, nous avons célébré (discrètement, car cela ne tombait pas cette année sur un "compte rond") l'arrivée de l'Homme sur la Lune1 en 1969. Voilà l'occasion de rendre hommage non pas au premier être humain a avoir marché sur le sol sélène, mais à l'un des scientifiques ayant permis cette grande Aventure (oui, à ce stade là, je préfère mettre une majuscule !).

Ce n'est pas de Werner von Braun dont il s'agit, bien que son passé sulfureux ait grandement facilité sa médiatisation. Rappelons que dans sa jeunesse, il avait mis au point les fameuses "Vergeltungswaffe" ("Arme de représailles"...) 1 et 2, plus connues sous leurs abréviations V1 et V2, des "bombes volantes" qui furent une grande avancée scientifique, certes, mais une ineptie stratégique. Jugez plutôt le bilan d'un V2 : un coût représentant plusieurs B17 étasuniens, pour une charge explosive 5 fois moindre. On le voit, ces armes "absolues" ne purent jamais changer le cours de la guerre. Un autre aspect de la folie nazie et de la pseudo croyance en une "supériorité" allemande.

L'homme qui nous intéresse avait un but tout a fait pacifiste. Il s'agit de Robert Hutchings Goddard, né en 1882. Malgré (ou grâce à) une santé fragile, il se passionnera pour la science, à une époque ou les découvertes s'accumulent, à la naissance du XXème siècle. Et c'est alors que, à l'âge de 17 ans, se trouvant dans la ramure d'un arbre qu'il était en train de tailler, il lui prit à rêver de nouveaux horizons.

"C'était une calme après -midi, colorée de la beauté pure d'Octobre en Nouvelle Angleterre. En contemplant les champs vers l'Est, j'ai imaginé comme il serait merveilleux de fabriquer un dispositif capable d'atteindre Mars, ce que j'ai comparé à la petite échelle que j'avais à mes pieds." raconte-t-il plus tard avant d'ajouter : "J'étais un garçon différent quand je suis descendu de l'arbre ; pour moi, l'existence avait un but."

Cette date est ensuite célébrée chaque année par Goddard, comme le serait le "12 novembre 1955" par le Doc Brown dans la saga "Retour vers le Futur" ; un anniversaire qu'il notera dans son journal. Et chaque année, il reviendra voir cet arbre si particulier, jusqu'en 1937.

Pourquoi pas jusqu'à sa mort, survenue en 1945 ? Parce que le 21 septembre 1938, 1 mois avant l'anniversaire, une tempête, appelée le "Grand Ouragan" (on ne leur donnait pas alors systématiquement de prénom2 comme aujourd'hui), monta si haut en latitude qu'elle ravagea la Nouvelle-Angleterre, et déracina ce fameux arbre.

Et d'ailleurs, quel était-il cet arbre ? Un cerisier, qui n'est autre que le descendant cultivé du merisier dont on célèbre cette semaine le nom. Un représentant de la famille des rosacées, comme le sont le pommier, l'abricotier, le framboisier... ou la rose, à qui l'Humanité doit donc l'une de ses plus belles conquêtes.

Quant à Goddard, il décéda donc en 1945 non sans avoir fait faire à la science des fusées un bond (!) considérable, puisque c'est lui qui inventa la propulsion par combustible solide, les ergols. Ironie de l'histoire, son invention allait d'abord servir à tuer, d'abord avec les fameux V2, puis avec les missiles chargés de transporter la bombe A, comme celle qui venait de détruire Nagasaki le jour précédent la mort de Goddard.

Mais la Nature allait rendre un "hommage" à sa façon. Le 19 octobre 2014, 115 ans jour pour jour après la "révélation" qui allait changer le cours de la vie de Goddard, une comète nommée Siding Spring (C2013/A1) frôla Mars, c'est à dire passa à moins de 140 000 km de la Planète Rouge, une paille dans le cosmos ! Des images que Goddard aurait certainement adorées !

 

Cet article vous a plu ? Le merisier a encore d'autres choses à raconter.

 

 

 

1.Nous n'entrerons pas dans le débat qui voudrait contester l'existence des explorations lunaires. L'argument le plus utilisé est "Mais comment le drapeau flotte-t-il s'il n'y a pas d'air sur la Lune ?" Avece une tringle à rideau, tout simplement...

2 En 1953, on décida de fixer la régle selon laquelle chaque dépression sur l'Atlantique Nord devait être nommée. On décida au départ d'une liste de prénoms féminins puis, pour d'obscures raisons sur l'égalité des genres, la liste se mit à accueillir à part égales noms masculins et féminins. Cette liste revient par cycles de 6 ans, mais certains noms sont retirés si les tempêtes en question ont causé trop de dégats. Ainsi Hugo (1989), Mitch (1998), Katrina (2005). 

Rédigé par Nicolas PERROT

Publié dans #Noces de Merisier

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article