32 et 41 ans de mariage : les hommes viennent du Fer, les femmes du Cuivre...

Publié le 12 Septembre 2015

32 et 41 ans de mariage : les hommes viennent du Fer, les femmes du Cuivre...

La paraphrase était facile et visait bien évidemment le titre d'un best seller mondial : "Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus", de John Gray, qui en a tiré également un spectacle à succès, comme quoi les relations hommes-femmes sont un sujet passionnant.

Mais quel rapport entre le Fer, le Cuivre, Mars, Vénus, l'Homme, la Femme ?

Commençons par le Fer si vous voulez bien, sans faire aucunement preuve de galanterie (que certains considèrent comme étant la forme la plus élégante du sexisme).

Le fer est LE métal guerrier par excellence. Il fut difficile à "dompter", contrairement au cuivre (nous le verrons plus loin), car sa température de fusion est plus élevée (1535°C contre 1084°C), et surtout, surtout, il est presque toujours mêlé, dans la nature, à d'autres composés, essentiellement des oxydes. Ce sont ces oxydes de fer qui donnent souvent aux roches leurs couleurs vives, du jaune au rouge. Les ocres ne sont pas autre chose que des oxydes de fer. Autant dire que ces couleurs vives ont impressionné les premiers êtres humains.

A tel point que certains s'en recouvraient le corps. Pour des raisons pratiques (les argiles protégeant des piqures d'insectes par exemple), mais aussi symboliques et "magiques". Et l'on a vite fait le lien entre le rouge de la roche et celui du sang[1].

Or le sang était versé à la guerre. Et le fer, à partir des Hittites (IIème millénaire avant J.-C.), fut utilisé comme arme. C'était, des siècles avant l'arrivée du canon ou de la bombe atomique, la première "arme absolue" : plus résistant et plus tranchant que le bronze, le fer était idéal pour réaliser des armes. Et donc, quelques siècles encore plus tard, sous les Romains, on réalisa le sextuple lien entre la couleur rouge, le sang, l'arme, la guerre, le dieu de celle-ci (Mars[2]) et la planète de la même couleur.

Donc on résume : le dieu Mars a pour attributs la lance et le bouclier, et "sa" planète est aussi rouge que le sang. Et comme la guerre est une affaire d'hommes (on parle ici des combattants, les femmes ne faisant que la subir, étant trop souvent, encore aujourd'hui, un butin[3]), on leur attribua ce symbole qui est donc celui que les alchimistes attribuèrent au fer. Ces derniers attribuèrent en effet à chacun des éléments alors connus un symbole qui faisait rappel à un corps céleste. Ainsi, on avait les couples or-Soleil, argent – Lune, étain – Jupiter, fer – Mars ou encore mercure – Mercure.  

Pour rappel, le symbole du fer est également celui d'une entreprise de construction automobile et d'engins de chantier suédoise, et ce depuis 1927. Volvo rappelle ainsi son passé dans l'industrie sidérurgique.

 

Et le symbole féminin, alors ? Rassurez-vous (ou pas), il est tout aussi "cliché" que celui du masculin, tout "viril" et "guerrier". Je m'explique. Ce que vous voyez là-haut est une représentation stylisée du miroir de la déesse Vénus qui, comme toutes les femmes, devait passer un temps considérable à se mirer et à se faire encore plus belle.

Et quel rapport avec le cuivre ? Il est double : les miroirs étaient le plus souvent faits de cuivre poli et brillant. C'est d'ailleurs là la principale différence avec le fer : le cuivre apparait parfois à l’état natif, c'est-à-dire pur. Il est alors brillant et ductile : il attire donc l’œil et les premiers hommes s’aperçoivent rapidement qu’il n’est pas une « pierre » comme les autres. On peut le travailler facilement et son éclat métallique reflète la lumière. Il est ainsi  utilisé parfois comme miroir.

Et l’autre lien ? Les principaux gisements de cuivre de la Méditerranée viennent de l’île de Chypre, qui leur doit son nom. Cyprus, Chypre, Cuprus… Et si on sait que selon la légende Aphrodite était née de l’écume des vagues se brisant sur l’île, et qu’Aphrodite allait donner la Vénus romaine (comme on le sait, les Romains se sont très largement inspirés du Panthéon des dieux grecs)… Voyez-vous le rapport ? D’autant que Vénus et le cuivre n’ont pas fini d’inspirer le thème de l’amour… charnel. On parlera de maladies vénériennes (à l’origine d’une célèbre poupée, mais c’est une autre histoire), dont le « mal napolitain », ou « français », selon votre nationalité, et le cyprus latin, lié à la déesse, donnera « cyprine[4] »…

Alors, le cliché sexiste est présent depuis des siècles : aux hommes, le soin de mener la guerre et de diriger par le fer, aux femmes le soin de rester belles… C’est oublier une autre explication du signe ♀, qui représenterait en réalité un utérus et la croix étant le signe de l’accouchement, de la transmission de la vie. Farfelu ? Pas plus que l’histoire du miroir. D’ailleurs, ce signe ressemble étrangement à un symbole égyptien, l’Ankh, ou « croix de vie », justement, associé au principe féminin.

Jugez plutôt sur la photographie ci-dessous, représentant celui découvert dans la tombe de Toutankhamon, en 1922. Troublant, n’est ce pas ?

Car c’est bien ce que l’on retirera jamais aux femmes : elles seules sont appelées à transmettre la vie. A moins que la science ne le permette également aux hommes. Après tout, ce ne serait que justice, il n’y a pas de raison que les douleurs de l’enfantement ne soient pas partagées !

 


[1] L’hématite, un minerai de fer, provient du grec « hématitos » (αίματίτης), dérivé de « hema » qui signifie « sang ». Cette racine se retrouve dans « hémoglobine », « hémophilie »… La poudre d’hématite était utilisée comme pigment rouge.

[2] Et pour couronner le tout, cela explique aussi le nom du mois… de mars. C’était l’époque, à la fin de l’hiver (saison hautement défavorable aux opérations militaires sous nos latitudes tempérées), où les armées se rassemblaient pour de nouvelles campagnes.

[3] Même si l’Histoire a montré à plus d’une reprise le rôle guerrier des femmes !

[4] J’en profite pour poser la question : que pensez-vous de l’idée consistant en donner ce nom à sa fille ? Ce fut le choix d’au moins un couple de parents, comme me l’a rapporté une connaissance travaillant dans un hôpital.

32 et 41 ans de mariage : les hommes viennent du Fer, les femmes du Cuivre...

Rédigé par Nicolas PERROT

Publié dans #Noces de Cuivre, #Noces de Fer

Repost 0
Commenter cet article