Noces de Porphyre (33 ans) - On se fait une Twilight Party ?

Publié le 28 Août 2016

Gravure de "Varney the Vampire", par James Malcolm Rymer.

Gravure de "Varney the Vampire", par James Malcolm Rymer.

La rentrée arrive, et chacun de nous va reprendre sa vie de tous les jours. C'est assurément, plus qu'en janvier peut-être, l'occasion de prendre de bonnes résolutions. En janvier, justement, j'avais pris celle de prendre du poids. Moralement, c'est mieux car celle-ci j'étais certain de la tenir. En septembre, je ne sais pas encore. Mais s'il y a une bonne résolution qui peut servir, c'est d'aller faire don de son sang. On ne le répétera jamais assez, mais nous avons tous les jours besoin de ce liquide rouge qui nous est vital. Moi-même j'ai pris cette résolution il y a quelques années, lorsque la vie me fit cotoyer les hopitaux et donc me confronter aux immenses besoins à la matière. Alors, sans être bélonéphobe, disons qu'avoir une aiguille plantée dans le bras ne me plaît guère. Mais on se fait violence, et on y va.

Un truc, justement : ne pas y aller tout seul la première fois. Même si les gens qui vous accueillent sont très sympathiques, on peut ne pas être rassuré. Alors, voilà pourquoi, avec des amis et collègues, nous organisons des "Twilight parties". Comprenez : allons ensemble donner notre sang. (J'ai des collègues qui donnent plaquettes et plasma, mais là, c'est au-dessus de mes forces).

Quel rapport entre "Twilight" et le sang ? Rappelez-vous cette saga écrite par Stephenie Meyer et ensuite portée à l'écran, qui revisite le mythe du vampire, et qui a fait le bonheur de millions de lecteurs dans le monde entier. Vampire : la créature fascine en effet depuis des siècles, depuis, en fait, que les premiers "cas" ont été rapportés en Europe Centrale, au XVIIIème siècle. Bram Stoker s'emparera ensuite de l'histoire du prince Vlad Tepes, le tracensformant en comte Dracula, "homme" d'une grande culture mais pas très fréquentable. Tout comme son modèle historique dont on raconte qu'il appréciait par dessus tout faire empaler ses ennemis.

Et le porphyre dans tout cela ? Il faut savoir que ce mot vient du même mot latin qui signifie "pourpre", et fait référence à la couleur de cette roche, d'un rouge-violet parfois soutenu. Dans une tentative d'expliquer les cas de vampirisme, certains ont voulu y voir le rôle tenu par une maladie du sang, la porphyrie justement. Celle-ci se traduit entre autres par une hypersensibilité de la peau à la lumière, et une coloration rougeatre des dents et des ongles. Pas très rassurant, non ?

Après tout, est-ce vraiment nécessaire de vouloir à tout prix tout expliquer ? Le vampirisme n'est il pas plus romantique s'il est justement inexplicable ? Que toute cette mythologie ne nous empêche pas de répondre "présent" à ceux qui ont besoin de notre sang. Cela ne vous coutera qu'une petite piqure, et vous rapportera un grand sourire. Sans dents pointues...

Rédigé par Nicolas PERROT

Publié dans #Noces de Porphyre

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article